EDI
Publié le - 12 hits -

Quel est l'impact du reconfinement sur les SCPI ?

Rues, Immeubles, Architecture, Bâtiment

La crise économique de 2020 provoquée par la pandémie Covid-19 a occasionné des effets néfastes sur le parc immobilier en général. Si les confinements successifs ont été sans conséquence notoire sur les immeubles à usage de logement, ils ont affecté le parc de ceux à usage professionnel. La solidité financière des entreprises locataires en a pâti. Une partie de ces dernières se retrouve d’ailleurs en cessation de paiement, notamment les TPE et les PME les plus atteintes, avec ses répercussions sur le règlement de leurs loyers. Qu’en est-il particulièrement des SCPI qui, elles aussi exploitent des actifs pierre ?

Baisse des demandes locatives pour l’immobilier professionnel

Les SCPI n’ont pas connu de véritable krach si l’on considère de manière globale les retombées de la crise sur leur patrimoine. Les baux commerciaux sont de type « 3-6-9 » c’est-à-dire verrouillés sur une période plus ou moins longue.

Toujours est-il que les demandes locatives sont en baisse depuis la période de confinement, en raison du report du lancement des entreprises en phase de création et qui ont été prises de court au moment de la survenue subite de la crise. Ce qui a fait chuter le taux d’occupation des immeubles récemment acquis et par conséquent, du rendement pour les SCPI concernées par cette baisse de la demande.

Quoi qu’il en soit, les immeubles déjà occupés continuent à produire des loyers, lesquels sont d’ailleurs recouvrés dans leur intégralité pour la grande majorité des SCPI.

Maintien des demandes locatives pour l’immobilier résidentiel

De leur côté, les immeubles résidentiels ont su tenir le cap malgré les périodes de confinement successives. Les demandes continuent à affluer en ce qui concerne les logements en zone tendue. Quant aux ménages locataires en difficulté, ils ont bénéficié du soutien financier de l’État pour s’acquitter de leurs charges, d’où l’ininterruption du versement de leurs loyers. En bref, pas d’affaiblissement du rendement ni de baisse du taux d’occupation pour le parc des immeubles résidentiels.

Les atouts des SCPI

Les SCPI disposent de nombreux atouts, comparé à l’immobilier physique. Tout d’abord, la répartition des risques : plus le parc est diversifié, plus les risques sont mutualisés. Les SCPI ont également mis au point des stratégies d’acquisition destinées à sécuriser leur patrimoine, bien avant leur lancement sur le marché. Celles-ci tiennent compte du choix non seulement de l’immeuble (taille et emplacement), mais surtout des locataires (chiffre d’affaires et solvabilité). Ainsi, les risques encourus pour l’immobilier physique ne sont pas les mêmes pour les SCPI, ce que les investisseurs ont bel et bien compris si l’on en juge la reprise très satisfaisante des collectes au cours du second semestre 2020.

La diversification est surtout recommandée au niveau du portefeuille pour chaque investisseur. Les SCPI étant un support flexible, il peut tout à fait être logé dans le patrimoine de n’importe quel type d’investisseur, à condition d’avoir bien analysé plusieurs paramètres, de préférence avec l’accompagnement d’un conseiller en gestion de patrimoine.

Quelles actions pour soutenir l’immobilier professionnel des SCPI ?

L’État a été le premier à réagir afin de soutenir les entreprises affaiblies par l’économie en crise. Ses actions sont axées sur plusieurs domaines : allègements fiscaux, report des délais de paiement des échéances sociales, mesures d’urgence pour soutenir les besoins en financement.

De leur côté, les souscripteurs aux parts de SCPI ont eux aussi décidé d’apporter leur contribution pour soutenir leur SCPI – en particulier les SCPI de rendement qui détiennent de l’immobilier professionnel dans leur patrimoine. L’investisseur s’enquiert de la localisation des actifs de leur SCPI via leur smartphone ou leur tablette connectée. Il se renseigne sur les activités des entreprises locataires et les soutient en devenant clients de ces derniers.